Nerf sciatique : définition

Le nerf sciatique est le nerf le plus volumineux du corps humain. Il sort de la moelle épinière entre la quatrième et cinquième lombaire (L4 et L5) , travers la fesse et descend à l'arrière de chaque cuisse, des mollets pour se terminer dans le pied au bout du petit orteil. Le mot sciatique est donc inapproprié médicalement puisqu'il désigne un nerf tout simplement. On parle plus de « sciatalgie ou "lombalgie" ou de « blocage du nerf sciatique».

Le nerf sciatique quand il est bloqué provoque de fortes douleurs aiguës allant des lombaires et pouvant se prolonger tout le long du nerf jusqu'au pied. Ces douleurs ne sont généralement calmées qu'en position horizontale ou verticale et peuvent gêner jusqu'à créer une impossibilité de se mouvoir sans boiter. Les lombaires étant les vertèbres qui permettent le mouvement de la colonne à droite et à gauche, quand la sciatique est bloquée, on a tendance à être raide. L'origine des sciatalgies vient dans 9 cas sur 10 d'un tassement des disques intervertébraux (hernie discale) - Source Wikipedia -  c'est pourquoi il est important d'en connaître l'état.>
Malheureusement seule une IRM le permet, car une radiographie ne permet pas de voir les éléments « organiques » du corps humain. La sciatique touche plus souvent les sujets de plus de 40 ans, mais il arrive qu'elle atteigne les plus jeunes ce qui est très handicapant socialement. Une hernie discale résulte de l'expulsion en arrière du noyau gélatineux d'un disque intervertébral. Cela est dû au fait que les disques supportent beaucoup de chocs du corps humain. Des traumatismes intenses (accidents, chutes...) ou à répétition (port de charges lourdes au travail par exemple) en sont les causes les plus fréquentes.

Le nerf sciatique peut être bloqué à droite ou à gauche cela dépend de la hernie discale. S'il est associé avec un blocage du rachis, on parle de "lumbago", très douloureux et handicapant. D'autres cas plus rares peuvent être la cause des sciatalgies, nous ne les développerons pas ici, et c'est pourquoi il est important de consulter pour en connaître la cause.

Sciatique, sciatalgie : traitement

Pendant longtemps après-guerre jusqu'à très récemment (années 90) les médecins recommandaient un repos allongé pendant la crise avec des antalgiques et/ou des AINS (Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens), sans grands résultats de la part des patients. On a l'habitude de prescrire maintenant des décontracturants qui aident, car lors des pics de douleurs, le dos à tendance à se contracter par réflexe pour protéger les muscles entraînant un aggravation des symptômes, mais aussi des séances de kinésithérapie.

Dans les cas les plus graves, on peut poser un corset en le faisant fabriquer sur mesure (long, coûteux et très handicapant). Dans les cas graves, la hernie discale est opérée. Cette opération de dernier recours est une extrémité à laquelle peu de médecins s'engagent. Beaucoup demandent à leur patients d'avoir une activité normale pour ne pas « ankyloser >» la sciatique et favoriser son déblocage, ce qui est paradoxale puisque le patient à mal en se mouvant, et parfois cela l'aggrave par le déséquilibre du bassin plus important à chaque fois qu'il boîte.

Sciatique, sciatalgie : médecine complémentaire

D'autres médecines douces beaucoup plus rarement utilisées peuvent être employées comme l'acupuncture ou bien des ostéopathes. Mais souvent la sciatique à tendance à revenir du fait des mauvaises postures ou de la répétition de port de charges lourdes (lors d'un déménagement par exemple). D'autres techniques comme le fait de se mettre un citron sur la racine du nerf, n'ont malheureusement pas toujours prouvé leur efficacité. Comme nous sommes sur quelque chose de mécanique, les plantes et l'homéopathie ne sont pas très efficaces...